Ava c’est Dimitri et Jérémy

Voilà les Ava ! Dimitri & Jérémy. Je te les présente ou pas ? Je les laisse faire… la belle affaire !

Vous êtes deux, messieurs, avant Ava vous vous connaissiez ?

Dimitri : On se connaissait de vue, on se croisait à l’époque sur Paris, sur des concerts ou dans des soirées et on avait pas mal d’amis en commun. Mais on n’avait pas forcément une bonne image l’un de l’autre.
Un jour, par hasard, on s’est retrouvé face à face dans une soirée et on a été « obligé » de se parler. Je composais des titres depuis un moment tout seul et Jérémy m’a proposé à ce moment-là de poser sa voix dessus. L’instru est parti dans la soirée par mail et il m’a renvoyé le titre chanté le lendemain. C’est devenu le tout 1er titre d’AVA qui s’appelle « Comme Si C’était… ». Il est en écoute sur notre Noomiz (www.noomiz.com/ava).

Pourquoi ce nom Ava ?

Dimitri : On était en train de travailler sur la B.O. du film de Gérald Hustache-Mathieu Poupoupidou et nous n’avions pas encore de nom. Un jour, Gérald nous appelle en nous demandant quel nom il devait mettre au générique puisqu’ils étaient en train de le finaliser. Jérémy est tombé par hasard sur un article sur Internet qui parlait d’Ava Gardner. Il a flashé dessus, m’a appelé et j’ai été pour, instantanément.

Jérémy : J’ai tout de suite été attiré par la symétrie du mot qui me paraissait parfaitement symboliser la complémentarité, l’idée qu’on se fait du duo. Et puis, nous nous frottions, à travers le film, à une icône du cinéma hollywoodien et on y a vu un clin d’œil. Passer de Monroe à Gardner… Il y a également cette sensibilité qui traverse les titres et l’idée de représenter un duo masculin par un prénom féminin… Bref, tout un tas de petites raisons…


Explications sur vos compositions ! Y a un bon filon ? Comment vous puisez votre inspiration ? Qui fait quoi ? Dites-nous Ava !

Dimitri : L’inspiration est toujours celle du moment. On ne se donne jamais de directives avant de faire un titre. Notre inspiration vient de ce qu’on vit au quotidien, les musiques qu’on écoute, les films qu’on regarde…
L’album sur lequel nous travaillons est très varié et correspond à toutes les choses que nous avons vécues depuis un peu plus d’un an et demi d’existence.

Jérémy : En général, Dimitri compose la musique et je pose la voix dessus. Mais le processus n’est pas restrictif. S’il me propose une alternative à la mélodie de voix ou si je lui propose un point de départ à l’instru, on en discute. On essaye d’être complémentaire au maximum sans tomber dans une forme de routine.

Votre titre « Poupoupidou » vous a mis sur le devant de la scène, une aubaine ? Racontez-nous… Comment ça s’est fait ?

Jérémy : Quand Gérald a entendu « Comme si c’était », il nous a approchés en nous disant qu’une collaboration était envisageable. On s’est alors renseigné sur le film et avons décidé de faire cette reprise de “I wanna be loved by you” en voyant que le titre du film faisait référence à cette chanson.

Dimitri : Il a beaucoup aimé et a voulu mettre dans le film la toute première version, enregistrée à l’arrache, alors que nous avions une autre version plus clean. Gérald aime la spontanéité. Il a voulu garder ce premier jet qui était vraiment brut.

Jérémy : C’est évidemment toujours très risqué de toucher à un mythe comme Marilyn, mais c’était aussi un beau challenge pour nous et nous sommes très heureux que Gérald ait décidé d’utiliser cette cover.

Anglais, français ? Une langue préférée pour chanter ?

Jérémy : Les titres sont majoritairement en français mais si un titre me tente en anglais, je ne me mets pas de barrières. C’est l’état d’esprit du moment et la perception de l’instru qui guide l’écriture. J’avais beaucoup d’appréhension sur le français à la base mais aujourd’hui, je prends tout autant de plaisir avec les deux langues. J’essaye d’aborder l’écriture en français comme en anglais, en travaillant sur les sonorités et le placement des mots.

Une actualité, des dates à préciser ?

Dimitri : Nous serons le 2 décembre à L’Entrepôt, le 15 décembre à l’Alhambra en 1ère partie des Starliners, le 25 janvier au Café de la musique, le 16 février à L’International et le 26 mai à Lille au Biplan. Mais toutes les dates sont sur notre Noomiz (www.noomiz.com/ava).

Si vous aviez un petit message à faire passer aux d’jeuns qui veulent se lancer ?

Dimitri : Il faut être extrêmement persévérant. Ne pas perdre sa ligne de conduite. Beaucoup répéter et se faire confiance. Ne pas trop écouter les autres.

Jérémy : Et tout simplement prendre du plaisir.

Alors, RDV vendredi 2 décembre à L’Entrepôt ? Moi j’y go !Crédits photos : Valentin Ottone

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 réponses à “Ava c’est Dimitri et Jérémy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s