Laissez-moi vous présenter une demoiselle culottée : Hippolyte Prigent

Eh oui une sacrée nana cette fille-là ! Son appareil photo en main, Hippolyte arpente les chemins en quête de culottes (trop forte). Rétines et pupilles s’écarquillent pour voir sous les jupes des filles. Résultat : de beaux clichés n’est-ce pas. Et surtout une expo au Canada !

Ta première photo tu t’en souviens. Une réussie, aboutie qui t’a donné envie…

Ma première photo, j’en ai pas un souvenir réel, je sais juste que j’avais trois ans, et que ma chère mamie m’avait offert un fisher price, et j’allais photographier les gens (maman, papa, ma soeur, les copains de papa et maman) et c’est très drôle à regarder maintenant, car étant toute petite à ce moment là, tous mes portraits sont en contre plongée. J’aimais déjà les gens.

Tu as pris des cours de photographie ? Comment en es-tu arrivée là dis-moi ?

J’ai toujours eu un appareil entre les mains, ça a été nombreux de mes cadeaux de noël et d’anniversaire. Et puis à trop voir Maman jouer avec le sien, je voulais aussi m’amuser. En quittant le collège j’ai commencé la photo, à l’Institut Saint Luc de Tournai, puis je suis revenue en France où j’ai fait un CAP Photo à La Providence, et enfin un BAC Pro Photo à la SEPR à Lyon. ça a été et c’est encore un apprentissage, je me cherche, j’essaie, je « tatouille », malgré ces années d’études je suis loin de la qualité de travail de certain(e)s aussi jeunes et sans études en photographie.

Et ce projet culotté. Peux-tu nous le préciser ? Quand t’es venue l’idée ? Comment as-tu procédé ? Pour prospecter ? Convaincre les filles, les femmes ?

L’idée est venue en mai 2011, où je bossais sur un rapport de stage (oui tout était bon pour ne pas penser à ce rapport de stage haha), tout bêtement, je dois dire. Je voulais faire une série, chose que je n’avais encore jamais vraiment fait, j’aimais bien les petites culottes, puis toutes mes copines aussi, dénicher la super culotte c’est un peu le fun. Alors je me suis dit « bon, si mes copines sont d’accord, je fais une série de quelques images, et hop, on rigole et ça nous laisse un drôle de souvenir ».
Finalement Benoit, de l’agence de communication Milk and Mint a vu ça sur ma page perso facebook et a été convaincu qu’il fallait le faire en « plus grand » ; plus de femmes, plus de corps, pour faire une série plus importante. Il y croyait plus que moi.

Puis finalement, les demoiselles en voyant les images et en voyant que je cherchais des demoiselles partantes sont venues à m’écrire, pour dire « hé moi aussi je veux poser » c’était marrant, et surprenant aussi, les filles sont épatantes ! J’ai laissé faire les choses, je ne suis pas quelqu’un qui aime se montrer, et c’est pour ça que toute l’attraction autour du projet me fait sourire, et à la fois me gêne un peu (beaucoup), je n’avais pas imaginé tout ça (même si ça me fait très plaisir, parce qu’on voit les petites culottes courageuses de toutes ces demoiselles qui se sont prêtées au jeu).

Je voulais juste faire de drôles de rencontres, partager et offrir un drôle de moments aux filles, où l’on oublie complexes et pudeur, et où on se marre, à lever sa robe. (ce n’est même pas moi qui ai fait la page « fan » facebook, c’est l’agence, puis j’ai fini par l’entretenir haha)

Et ce projet culotté. Une petite anecdote rigolote à partager ?

Une petite anecdote ? Cette fameuse fille qui pose dans le métro, époustouflante et courageuse (rien n’existerait sans ces demoiselles culottées) ! ça a duré peut-être 2/3 minutes. Et une mamie sur le quai après est venue nous dire de filer, parce que les agents TCL allaient venir.

Ton credo « montre moi ta culotte je te dirai qui tu es » s’est avéré confirmé ?

Le projet a pris du sens, quand j’ai commencé à rencontrer énormément de femmes, je n’avais pas de message à faire passer à la toute base, c’était juste pour partager un moment culotté, et  montrer que toutes les nanas, qu’importe leur silhouette, sont d’jolies filles. Puis finalement, en regardant la série par la suite, – pour moi, et je ne sais pas si c’est le cas pour les personnes qui regardant le projet d’un oeil qui n’est pas le mien – mais pour moi, entre le lieu, la culotte, et la pose de la fille, ça en dit tellement sur la demoiselle.

Les mamans divorcées qui cherchent encore à plaire, posent dans un endroit discret en petites culottes de dentelle, les filles qui s’assument posent n’importe où avec une allure fière avec des culottes fantaisie, les filles un peu complexées par leurs formes osent, et on se rend finalement compte que malgré leurs complexes elles ont de jolies petites culottes soigneusement choisie et le lieu est encore choisi avec plus d’attention … C’est surprenant, mais ça il n’y a peut-être que moi qui le vois haha.

Un prochain projet ? Défi ? Si tu veux passer une annonce c’est ici aussi

Mon prochain projet ? Je ne sais pas peut-être qu’un jour où je m’ennuierai à nouveau, où je chercherai à échapper à un rapport de stage, il se pointera comme se sont pointées les Petites culottes.
Merci Hippolyte 🙂 On te souhaite bonne chance pour la suite !

Crédit Photo Hippolyte PrigentRendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Une réponse à “Laissez-moi vous présenter une demoiselle culottée : Hippolyte Prigent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s