Ti amo John Giorno

IMG_2295

Oyé oyé
Long time no see !
C’était la rentrée pour moi dans tous les cas. Nouveau boulot, nouveau « traintrain ». Ça y est j’suis dans le bain. C’est pourquoi je reviens vers toi avec une cacedédi. Oh oui.

Gros plan sur John Giorno. Poète américain & figure emblématique de la scène underground des années 60. Le monsieur a côtoyé Andy (Warhol) mais pas que. Williams S. Burroughs aussi. (google est ton ami)
J’avoue je ne te connaissais pas John. C’est D qui m’a conseillée.
D’ailleurs merci. J’ai passé un chouette moment vraiment. Au Palais de Tokyo.

D’emblée le personnage s’expose. Compose. Tout de noir vêtu, pieds nus, il balance sans retenue un poème, une ode à l’amour. « Thanx 4 nothing ». Cet amour qu’il a connu de près, de loin, avec lui, avec elle, avec certains.
Je me suis assise au milieu. Les écrans autour de moi. Captivée j’ai maté et écouté son phrasé très rythmé et surtout sa poésie. Un côté « slammeur » avant l’heure. Chapeau l’artiste !

Et cette belle idée qu’il a eue. Un téléphone pas comme les autres. Un téléphone qui te permet d’écouter des poèmes (rien que ça). Tu composes un numéro et hop, te voilà embarqué dans un flot de mots, de pensées. « Dial a poem » (1968) Bravo John. Tu as tenté à ta façon de donner du sens au mot connexion.
Je continue la visite. J’en ai plein la vue. Rose, jaune, vert… FLUO. Des demoiselles rollers aux pieds, glissent entre les salles, des feuilles colorées plein les mains. J’en veux j’en veux ! Me voilà servie. Un poème rien que pour moi. Enfin tu vois. Je lis, phrase après phrase, je souris. Je bloque.
Une phrase. « It’s not what happens it’s how you handle it. » So true les gars ! Je réfléchis. Je souris. Je regarde autour de moi. Un tas d’autres phrases placardées sur les murs qui en disent long sur lui, sur eux, sur nous… ça fait du bien. Je veux plus de poésie dans mon quotidien. Je veux des images, je veux du beau paysage, je veux du trivial, je veux du banal, je veux des mots qui se lient. Je veux de la poésie.
Eh oui parfois on se noie. On ne lit plus, on ne réfléchit plus, on ne vit plus. Et un mot, une phrase vient nous titiller, nous reconnecter. Et voilà. C’est reparti. Le tourbillon de la vie.
C’est une première pour moi, de parler de ça ici avec toi. C’est vrai qu’habituellement je suis plus axée bons plans, sorties. Mais là pour commencer cette nouvelle année en beauté. Je voulais aborder ce sujet. Je voulais donner du sens à cette année qui se profile. De l’importance à ces mots qui défilent. Je voulais partager cela avec toi. En espérant que ce petit billet te ferait penser à un auteur, un livre, un film, une expo que tu ne voudrais pas manquer. Et que tu vas très vite t’empresser de retrouver.

A bientôt 🙂

PS : un grand merci à son chéri Ugo Rondinone, à l’origine de l’expo (en plus du Palais de Tokyo).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s